Étalonner son appareil : 5 avantages d’opter pour le mécanisme d’étalonnage en 3 points


Les canaux de mathématiques disponibles dans notre logiciel de visualisation et de journalisation permettent d’implémenter des formules impliquant les différents canaux des appareils Dracal. En particulier, l’implémentation de fonctions « équivalentes » à un étalonnage peuvent être implémentées manuellement et être accessible dans l’onglet de graphique et de journalisation. Quel est donc l’intérêt d’opter pour un appareil (-CAL) supportant le mécanisme d’étalonnage par l’usager en 3 points?

1. Les points d’étalonnage sont enregistrés directement dans l’appareil

Bien que les formules implémentées dans les canaux de mathématiques soient enregistrées et accessibles par un usager entre chacune de ses sessions d’utilisation de QTenki, celles-ci demeurent propre à la version locale du logiciel et non à l’appareil lui-même. Lors de la passation d’un appareil entre 2 usagers ayant chacun leur version de nos outils, les formules implémentées dans les canaux de mathématiques (ici des formules d’étalonnage) ne sont donc pas transférées d’un usager à un autre.

Or, lorsque des efforts sont investis pour déterminer des points d’étalonnage pour un appareil, il est généralement désirable que ces points suivent l’appareil et puissent être accessible à quiconque l’utilise dans le futur.

Le mécanisme d’étalonnage par l’usager en 3 points enregistre les points saisis directement dans l’appareil de sorte que ceux-ci « suivent » l’appareil et soient accessibles à quiconque désire l’utiliser. Et si un utilisateur ne désire pas que l’étalonnage soit appliqué, il peut simplement en désactiver les points sans les supprimer de sorte que l’information ne soit pas perdue.

2. Indépendance de l’unité d’étalonnage utilisée

Les canaux de mathématiques appliquent une formule au « output » direct d’un canal, sans vérification de cohérence quelconque pour des unités. Par exemple, une formule implémentée pour étalonner un canal de température en Celsius devra être, dans le meilleur des cas, réécrite si un nouvel utilisateur désire lire en Kelvin. Dans le pire des cas, un nouvel utilisateur pressé n’aura pas pensé que la formule devrait être réécrite et pourrait perdre des efforts précieux le temps qu’il réalise son oubli.

Le mécanisme d’étalonnage en 3 points fait la conversion automatique des valeurs saisies lors de changement d’unité et étalonne toujours avec les points convertis dans les bonnes unités.

3. Étalonnage effectif sur les canaux virtuels

Les canaux virtuels sont, par définition, des canaux dont la valeur est le résultat de calculs combinant un ou plusieurs autres canaux réels d’un même appareil. Le point de rosée, l’index de chaleur, le calcul de hauteur basé sur la mesure de pression sont tous des exemples de canaux virtuels retournés par certains appareils Dracal.

Un usager qui désire lui-même implémenter ses formules d’étalonnage via des canaux de mathématiques doit réaliser que les canaux virtuels associés devront aussi être étalonnés conséquemment ou sinon, ne plus être utilisés.

L’étalonnage de canaux réels via le mécanisme prévu à cet effet contourne tous ces inconvénients puisque les canaux virtuels calculés à partir de canaux réels étalonnés en prennent la « nouvelle » valeur (à moins d’avoir désactivé les points, bien entendu).

4. Canaux étalonnés accessibles dans l’outil en ligne de commande

Pour les usagers pensant éventuellement intégrer le flot de données générées par leurs appareils à leurs propres systèmes, il faut penser au fait que seuls les canaux réels et virtuels de nos appareils sont accessibles via notre outil d’intégration usbtenkiget, et non les canaux de mathématiques qui vivent uniquement au niveau du logiciel graphique.

Les valeurs étalonnées (ainsi que celles non-étalonnées) de tous les canaux pour lesquels il y a des points d’étalonnage d’enregistré dans l’appareil sont quant à elles accessibles en tout temps dans tous les outils, incluant nos outils d’intégration de données.

5. Facilité d’étalonnage par un externe

Si vous désirez faire étalonner vos appareils par une ressource externe, l’utilisation des canaux de mathématiques n’est pas nécessairement la manière la plus aisée de mettre à bien ce travail, surtout si l’étalonnage doit être effectué en 2 ou 3 points. Les risques d’erreurs sont plus grands, et les formules plus complexes à implémenter.

Le mécanisme d’étalonnage en 3 points a été pensé pour être le plus intuitif possible, ne nécessitant que la saisie de points sans se soucier d’aucune formule.

Conclusion

Cela étant dit, les canaux de mathématiques sont un outil à votre portée et une solution qui existe réellement pour implémenter des formules de calibration qui vous sont propres. Il faut simplement être conscient des contraintes d’une telle implémentation et déterminer si elle est limitante ou non pour votre application et vos besoins.